TÉLÉCHARGER CHIKH LHAMEL GRATUITEMENT

Celui de Cheikh El Kamel connaît la plus forte affluence en raison du défilé des Issaoua. Meknès, la veille du Mawlid. L'axe Place Lahdime-Sekkakine - Bezzazine, itinéraire classique qui mène au sanctuaire, est très animé. Le commerce bat son plein: on vend de tout.

Nom:chikh lhamel
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:68.18 MBytes



Ils deviennent plus complexes et plus incertains au niveau de la micro-histoire. Les phénomènes les plus évidents à première vue le deviennent moins. Surtout s'il s'agit des relations entre le pouvoir colonial et les confréries religieuses en Algérie à la fin du XIXème siècle et au début du XXème qui sont envisagées dans cette communication.

Les faits pourraient être anodins. Je les résume brièvement. En , Mohammed b Belqacem, cheikh de la zaouïa Rahmanya d'El Hamel près de Bou Saâda dans le sud algérois, meurt à la suite d'une grave maladie. Quelque temps auparavant, sa disparition étant devenue certaine, des compétitions très vives s'étaient ouvertes pour sa succession. Elles opposent deux proches parents : Lalla Zineb, la fille du défunt face à son cousin Mohammed bel Hadj Mohammed, en principe successeur désigné.

La situation est tout à fait propice à l'intervention de l'administration militaire cercle, subdivision, division , du service des affaires indigènes et du Gouverneur général lui-même, qui tous suivent de très près une question à laquelle ils attachent, bien entendu, de l'importance. Elle fait apparaître un enchevêtrement extraordinaire des relations qui se nouent entre les différents protagonistes de la querelle de succession.

A tel point qu'il faut se demander ce que représente pour les notables confrériques le pouvoir colonial? Comment réagit-il face à ses interventions? Est-ce lui qui impose ses décisions ou, au contraire, est-il récusé ou utilisé dans le cadre des compétitions locales?

Quel usage, enfin, en font les notables confrériques? Avant d'examiner toutes ces questions chronologiquement : de l'ouverture de la succession en à la mort de Lalla Zineb en puis de cette date à la disparition de son cousin en , la complexité de la succession elle-même doit être soulignée 1.

I - Une zaouïa en héritage Fondateur de la zaouïa d'El Hamel qu'il élève au rang de quasi-confrérie, Mohammed b Belqacem laisse en une situation passablement embrouillée pour permettre toutes les contestations en légitimité. A sa mort, ni la transmission du patrimoine de la zaouïa, ni la désignation du nouveau cheikh n'apparaissent avec suffisamment de clarté pour s'imposer à tous. Il est strictement local et régional à l'image de la Rahmanya fondée en Algérie par Mohammed b A bd erra h m an Abou Qobrin mort en H 2.

Déjà, fait intéressant à relever, des difficultés successorales sont à l'origine de la création de l'établissement d'El Hamel qui devient prospère en dépit d'un contexte politique chargé et de la participation de la Rahmanya à l'insurrection de De retour à El Hamel, il fonde et dirige une école jusqu'en puis rejoint la zaouïa des O.

Djellal où le cheikh El Mokhtar lui confère le titre de moqadem de la Rahmanya. Avant sa mort en , celui-ci le désigne comme son successeur 3 mais il rencontre "de mauvaises dispositions à son égard" 4 et se trouve "aux prises avec de telles difficultés qu'il doit fuir l'oasis des O.

Djellal" 5. Il règle, pendant un an, les problèmes se rattachant à la famille du cheikh El Mokhtar qui lui avait confié la tutelle de ses enfants en bas-âge puis se retire à El Hamel, son village natal, en y transférant la zaouïa de la Rahmanya. Considéré au départ comme simple moqadem du cheikh Ali b Otsman de Tolga, il acquiert, en l'espace d'un quart de siècle, une grande influence et devient indépendant de toute autorité religieuse 6.

Lui-même se prévaut de la qualité de "chérif" qu'il fait constater par un acte de témoignage du 13 octobre du cadi d'El Hamel. L'arbre généalogique rattacherait sa famille à Sidi Abderrahman B. Ayoub et par cette filiation au Prophète 7. Les rapports administratifs successifs le présentent comme étant d'une grande intelligence, possédant des connaissances religieuses étendues 8.

Sa science et sa sainteté attirent un grand nombre d'étudiants et de visiteurs 9 et il est profondément vénéré par la population qui élève des mausolées aux endroits où il s'arrête pour prier ou pour se reposer Son influence "toute personnelle" 11 et celle de la zaouïa s'étendent dans le sud algérois et dans une moindre mesure en Oranie et dans le Constantinois.

Le nombre total des khouans s'élèverait en à Dans la région de Bou Saâda où la Rahmanya compte à la même date adeptes, seulement se rattachent à la zaouïa de Tolga alors que se réclament de celle d'El Hamel Nadir, sur la base des archives de la série H de l'ancien Gouvernement général principalement les cartons 16H8 et 16H73 l'évalue à 2.

Les sources provenant de l'ancien fonds du département d'Alger sont fluctuantes. Elle est estimée à Les inventaires des cadis donnent la consistance des troupeaux mais sont plus vagues pour les créances et les biens immobiliers terres et maisons. Il meurt le 2 juin près de Bouira d'une maladie cardiaque sur le chemin de retour d'Alger à El Hamel L'aggravation de son état de santé dans les années précédentes avait ouvert la course à sa succession et à l'intervention de l'administration militaire et civile.

Lui-même s'était préoccupé à plusieurs reprises de la transmission de son héritage matériel. Gravement malade et se croyant en danger de mort, il rédige le 31 août un testament en faveur de sa fille unique Lalla Zineb Il choisit le rite hanéfite et constitue tous ses biens à son profit, sa vie durant, et à son décès au profit de sa fille et des autres enfants qui pourraient ultérieurement lui naître.

Le commandant supérieur du cercle de Bou Saâda qui suit de près les affaires de la zaouïa est tenu dans l'ignorance du testament L'acte des habbous est confirmé devant le cadi de Bou Saâda le 9 avril au profit de Lalla Zineb mais, à la demande de Mohammed b Belqacem lui-même, il est annulé le 1er juin L'annulation a pour base le fait que le fondateur n'avait pas fait acte d'abandon et que la dévolutaire n'avait pas pris possession du habbous.

Pourquoi cette annulation? Surtout à une date où il se trouve de nouveau très malade. Est-ce la volonté de laisser une 53 situation claire à son successeur comme l'avance une note anonyme?

Ou bien selon les enfants de sa soeur germaine, pour ne pas exclure celle-ci de la succession? Ou encore est-ce à la suite d'interventions administratives? Toujours est-il que l'acte d'annulation fait planer une grande incertitude sur la destination finale de la fortune du cheikh.

Elle n'est pas moins grande, malgré les efforts des autorités administratives et militaires, pour sa succession à la tête de la zouaïa. Le capitaine-adjoint de Bou Saâda envisage, en juin , deux successeurs possibles. Mohammed b el Hadj Mohammed, neveu du cheikh auprès de qui il se trouve souvent et "qui le présente aux officers généraux lorsqu'ils viennent à Bou Saâda" Djellal pour lequel il paraît avoir "une grande affection" qui semble "représenter la légitimité" 26 et passe aux yeux des adeptes de la zouaïa pour le "successeur désigné" Un peu plus tardivement, le Gouverneur général J.

Cambon supputant les candidats possibles retient trois éventualités : Mohammed Seghir et Boulenouar, tous deux fils de l'ancien cheikh de la zaouïa des O. Djellal et Mohammed b el Hadj Mohammed. Il demande à être expressément "renseigné" sur les sentiments du cheikh d'El Hamel à l'égard de ces trois indigènes et, si possible, de l'amener à établir, s'il ne l'a déjà fait, l'idjaza qu'il destine au successeur de son choix A la suite des démarches faites par le capitaine Crochard, Mohammed b Belqacem lui adresse une lettre qui, en raison de sa brièveté et de son importance, mérite d'être citée au moins partiellement.

Voici l'entretien : Vous m'avez demandé à qui reviendrait ma succession après mon décès Je vous ai répondu qu'elle reviendra à mon neveu Si Mohammed b et Hadj Mohammed, parce 54 que je le fais l'héritier de ma dignité, tant au point de vue théologique qu'au point de vue de la pratique extérieure.

Je lui ai recommandé de tenir la même conduite pacifique et de ne rien faire en dehors du gouvernement français" Cette correspondance tient-elle lieu d'idjaza? Les autorités militaires et administratives reconnaîtront quelques années plus tard qu'elle est "très courte et très sommaire" 30 , qu'elle a été obtenue au prix de "très nombreux efforts" Enfin, elle est le "seul document" qui, de plus, n'est pas en réalité "un testament proprement dit mais une simple lettre" Comme pour le patrimoine les mêmes questions sont soulevées.

Pourquoi le cheikh n'a-t-il pas laissé à son héritier "spirituel" une idjaza en bonne et due forme? Répond-il à une demande administrative trop puissante? Faut-il y voir quelques réticences? L'absence d'idjaza classique est-elle le dernier tour qu'il joue à son héritier et à l'administration? Cède-t-il en apparence pour ne pas céder dans les faits? II - la dispute d'un héritage Mohammed b Belqacem laisse donc, à sa mort en , une situation passablement embrouillée. Les luttes pour la succession qui deviennent ouvertes gravitent toutes autour de la validité de ce qui tient lieu d'idjaza pour la désignation de son successeur et de l'acte de habbous qui attribue la fortune qu'il laisse à Lalla Zineb.

Celle-ci, en s'assurant la gestion des biens de son père et en contestant indirectement l'authenticité de l'idjaza empêche l'avènement de son cousin à la tête de la zaouïa. Les interventions des autorités militaires et civiles pour venir à bout de son attitude et réunir la "baraka" et le patrimoine entre les mains de Mohammed b el Hadj Mohammed débouchent un moment sur un arrangement qui est aussitôt dénoncé par Lalla Zineb.

Cependant, l'absence à la zaouïa d'idjaza en bonne et due forme est à l'origine des premières contestations. Plusieurs moqadem influents "mettent en doute les dernières volontés du cheikh Mohammed b Belqacem" Des difficultés autrement plus graves proviennent directement de Lalla Zineb qui s'appuie sur l'acte de habbous de en sa faveur pour réclamer tous les biens laissés par son père qu'elle entend administrer elle-même.

Elle porte ainsi atteinte au "prestige de son cousin" 36 menace, le fonctionnement de la zaouïa car "ce n'est pas avec les seules offrandes des fidèles que Si Mohammed pourra la maintenir avec les prix actuels" Son existence même serait menacée si les liens étaient gérés par Lalla Zineb qui "en serait incapable" Enfin, si elle venait à se marier, les liens "seraient détournés de leurs affectations prévues et charitables" Le 25 juin , Mohammed b el Hadj Mohammed et ses trois frères pénètrent de force pour se saisir des clés des appartements et s'emparer des meubles, argent et titres de propriété, registres de dépôts d'argent.

Lalla Zineb l'accuse de "l'avoir séquestrée dans une chambre" et télégraphie le lendemain au général commandant la division d'Alger et au Gouverneur général pour leur demander de donner des "ordres formels pour que ma vie et la fortune des orphelins et de mon père soient sauvegardées"" Après l'incident, elle semble, un moment, dissocier la "baraka" et le patrimoine pour ne revendiquer des droits que sur ce dernier En fait, elle diffuse discrètement des lettres-circulaires dans lesquelles elle accuse son cousin "d'avoir pris la place du cheikh à l'aide d'un faux".

Dans une lettre du 1er juillet à Si Abd el Kader el Djilali, caïd des Megan et ancien proche du cheikh Belqacem, elle l'accuse d'un double faux : le premier relatif à la succession spirituelle, le second à la succession du patrimoine Son attitude et sa détermination font peser sur elle le soupçon de subir les influences des "parasites de la zaouïa" Agée de 35 ans, n'ayant jamais voulu se marier, elle est atteinte d'une maladie nerveuse qui a déjà mis sa vie en danger Sa capacité à gérer la 56 fortune considérable de son père est mise en doute 46 et elle obéirait aux anciens proches collaborateurs du cheikh Mohammed b Belqacem mais surtout, ils sont particulièrement visés, aux deux enfants de l'ancien bachagha de la Medjana, El Mokran.

L'un des fils du second a été pris en grande affection par Lalla Zineb qui le garde toujours auprès d'elle. Pour les premiers comme pour les seconds, la mort du cheikh Belqacem a été "un véritable désastre" 47 puisque, du coup, leurs moyens d'existence ont été mis en question. Pour les combattre et désireux de réussir dans la mission que lui a confiée le général commandant la division d'Alger, le commandant supérieur du cercle de Bou Saâda ne reste pas inactif.

Il tente de faire reconnaître l'autorité spirituelle de Mohammed b el Hadj Mohammed en rendant publique la correspondance que lui a adressée Mohammed b Belqacem avant sa mort et semble même, apparemment, avoir réglé le partage de l'héritage.

Mohammed b el Hadj Mohammed avait demandé, pour s'en prévaloir, à être mis en possession de la lettre par laquelle son oncle lui transmettait le pouvoir spirituel. Cambon consent en juin à la demande, à condition de lui retourner le document et la traduction qui l'accompagne dès que ces pièces auront cessé d'être utiles. Le 27 du même mois, au cours de sa visite à la zaouïa, Crochard donne lecture à tous les tolbas et à toutes les personnes que le caïd a pu réunir, des dernières volontés du cheikh Belqacem "exprimées par l'idjaza" Il laisse à la zaouïa une copie et en dépose une seconde au bureau arabe de Bou Saâda où chacun pourrait en prendre connaissance.

Deux ou trois personnes seulement se seraient refusées à la reconnaître devant le capitaine Crochard qui reproche vivement aux moqadem "leur ingratitude et le faible respect qu'il montre pour les testaments du cheikh"

TÉLÉCHARGER ZOOKEEPER FRENCH GRATUIT GRATUITEMENT

'+relatedpoststitle+'

Ils deviennent plus complexes et plus incertains au niveau de la micro-histoire. Les phénomènes les plus évidents à première vue le deviennent moins. Surtout s'il s'agit des relations entre le pouvoir colonial et les confréries religieuses en Algérie à la fin du XIXème siècle et au début du XXème qui sont envisagées dans cette communication. Les faits pourraient être anodins. Je les résume brièvement.

TÉLÉCHARGER KIOSQUE-DZ GRATUIT GRATUITEMENT

Cheikh el hamel

Taille: Woni Blick Bassy Premium. Into the wild series — 11 Spiritual peace by Othman Benjakkal. View all All Photos Tagged chikh. All images and video used in the creation of this video was done so under Fair Use which allows for the reuse of copyrighted works for review, education and parody.

Similaire